Vaincre le péché quand on a déjà tout essayé

Parfois, certains péchés nous « enlacent si facilement » que l’on commence à perdre espoir de s’en débarrasser. On a déjà lu des livres, des articles, on a prié, on a même jeûné, on a partagé avec nos frères et prié avec eux, on a cherché des conseils, on s’est discipliné. Rien ne marche.

Si tu es dans ce cas, j’aimerais t’encourager, non pas en te vendant une énième méthode-qui-marche, mais en te rappelant quelques principes simples et bibliques.

Arrête de chercher le secret

Bien souvent, on s’attend à tomber sur le conseil, la méthode qui permettra un déclic. Comme s’il y avait un secret de la victoire. Si c’est dans une telle méthode que tu as mis ton espoir, tu as oublié quelque chose d’important.

Paul nous explique en Colossiens 2 que nous avons tout en Christ. Nous sommes comblés, nous avons tout ce qu’il nous faut pour vivre la vie chrétienne. Nous n’avons pas à courir après telle expérience mystique, « spirituelle » ou miraculeuse comme étaient tentés de le faire les Colossiens. Nous avons tout ce qu’il nous faut en Jésus-Christ car 1) quand nous avons cru, nous l’avons reçu lui, tout entier et que 2) tout est pleinement en Lui. Relis le chapitre 2 de Colossiens, Paul insiste sur ce sujet.

Des moyens ordinaires

Les théologiens ont appelé 3 choses dans la vie du chrétien des « moyens de grâce ». Il s’agit de la Parole, du baptême et de la cène. Ces éléments de la vie d’Église sont des moyens dont Dieu se sert pour faire grandir en nous la foi.

La prière, l’Église, les groupes de croissance sont souvent des sources de bénédiction mais sont déjà des réponses de foi : c’est parce que je crois que Dieu m’entend prier et c’est parce que je crois que je suis membre de l’Église. Mais la Parole et ses signes visibles (le baptême et la cène) précèdent la foi dans le sens où ils annoncent des promesses sur lesquelles la foi s’appuie. C’est pour cela que l’expression « moyen de grâce » leur est réservée.

Le baptême nous dit « si tu crois, aussi sûrement que l’eau est passée sur ton corps, le sang de Christ et le flot de mon Esprit sont passés sur ton âme », la cène nous dit « aussi certainement que ce pain et ce vin ont nourri ton corps, le Christ est la nourriture de ton âme ». Ces moyens nous permettent de puiser dans les richesses qui sont en Christ.

Voilà les moyens que Dieu a choisis pour faire grandir le chrétien. Il n’y a pas de secret, ce sont des moyens ordinaires qui apportent une grâce extraordinaire lorsque l’Esprit les utilise pour faire naître et grandir en nous la foi.

La persévérance

« Oui, mais cela ne change rien à mon problème » me diras-tu. Peut-être, en effet, que tu as déjà écouté la Parole avec foi, tu as déjà reçu le baptême et tu crois en la promesse qu’il signifie. Peut-être aussi que tu prends la cène régulièrement. Mais ça ne « change rien ».

Dieu œuvre d’une façon particulière. Si je regardais la semaine passée, je n’aurais pas forcément l’impression d’avoir grandi dans la foi. Pourtant, si je regarde l’année passée, je vois tous les progrès et comment Dieu a été à l’œuvre. Retenons de cela que Dieu fait une œuvre au long terme avec nous, quand nous utilisons avec foi ses moyens de grâce.

Ne sois pas comme Naaman le lépreux qui était déçu qu’on lui donne un moyen si simple, si ordinaire pour vaincre son problème qui lui paraissait si grand (2 Rois 5). Dieu cherche à nous apprendre l’humilité et la foi en nous donnant des moyens si ordinaires là où nous aimerions des étincelles, du bruit et du spectaculaire.

Comment vaincre ton péché ? Persévère avec foi dans ces moyens ordinaires que Dieu t’a donné et réponds avec foi à ces promesses par la prière, le jeûne et toutes les autres disciplines spirituelles. Je peux te l’assurer car je le vis : ça marche ! Mais ce n’est pas une méthode-miracle instantanée, c’est beaucoup mieux : un travail en profondeur de Dieu par son Esprit.

Suivre Jésus : se conduire d’après sa parole

Dans son livre La faille dans notre sainteté, le pasteur et théologien Kevin Deyoung dénonce une tendance très malsaine des chrétiens à désobéir à la parole de Dieu. En effet après avoir cité Romains 16.19, il demande en quelque sorte au lecteur si leur obéissance est connue de tous. Il nous invite à nous questionner sur un point : l’église moderne est-elle plus caractérisée par sa créativité que pour son attachement aux Saintes Écritures ? Il termine avec un constat alarmant : de nos jours « la créativité, l’intérêt ou l’influence sont peut-être plus prisée » que l’obéissance démodée et monotone à Dieu.

J’aimerais aujourd’hui t’encourager à être un jeune vraiment obéissant !

Dieu aime l’obéissance

Dès son plus jeune âge David était un garçon très obéissant. Nous aimons bien retenir l’histoire de David et Goliath mais n’oublions pas que le jeune David était aussi bien soumis à son père, qui lui demandait de veiller sur les brebis, qu’à Dieu qui le menait sur le champ de bataille. Notre jeune ami connaissait sans doute la loi de Moïse qui se transmettait de génération en génération.  Il était donc probablement au courant qu’il devait aimer son Dieu et garder ses commandements (Deutéronome 6.5-6). C’est pourquoi il obéit à son père, protège des brebis, combat un géant. D’ailleurs c’est pour cet attachement dans le cœur du jeune David que Dieu reconnu un roi et fit une alliance (Psaumes 89.31 Samuel 16.7). Et toi, obéis-tu à Dieu quand c’est difficile ?

Dieu a horreur de la désobéissance

En qui concerne Saül, même s’il était apprécié du peuple, il n’était pas un roi qui plaisait à Dieu. En effet, il lui arriva un jour de choisir un plan de bataille contredisant la parole que Dieu lui avait adressé. C’est pourquoi le prophète Samuel le questionne sur son attitude et lui déclare une réalité fascinante « … L’obéissance vaut mieux que les sacrifices, et l’observation de sa parole vaut mieux que la graisse des béliers. » (1 Samuel 15.22). Dieu a eu tellement horreur de la désobéissance de Saül qu’il a retiré son Esprit de lui. Dieu n’a que faire de nos rassemblements à connotation chrétienne si nous ne le craignons pas.

Dieu nous rétribuera : l’espérance des fidèles

Dieu rendra à chacun pour ses œuvres. Il n’y aura personne d’immoral ou d’idolâtre dans le Royaume de Christ (Ephésiens 5.5). En parlant de mauvaises actions, Paul rappelle que c’est à cause d’elles que vient la colère de Dieu (Colossiens 3.6).

En réalité, l’intention de Paul n’est pas juste de rappeler certaines doctrines, que le salaire du péché est la mort ; il veut surtout montrer que le message de l’Evangile offre aux chrétiens une grande espérance et une nouvelle identité (Colossiens 3.5-6).

Paul va plus loin que d’inviter les chrétiens à abandonner telle action qui est contraire au saint dessin de rédemption de Dieu par Jésus. Il leur montre que c’est grâce à Christ que les pécheurs peuvent pleinement suivre Dieu. Après nous avoir montré que nous sommes morts avec Christ (Colossiens 2.20), l’apôtre Paul nous invite à considérer que nous sommes aussi ressuscités avec Jésus (Colossiens 3.1). Nous devons donc rechercher les réalités d’en haut, là où se trouve le Christ, qui « siège à la droite de Dieu ». C’est parce qu’on appartient à une nouvelle terre que nous devons faire donc mourir tout ce qui, dans notre vie, appartient à la terre, c’est-à-dire : « l’inconduite, l’impureté, les passions incontrôlées, les désirs mauvais et la soif de posséder qui est une idolâtrie. » (Colossiens 3.5)

 « Comment le jeune homme rendra-t-il pour son sentier ? En se dirigeant d’après ta parole. » (PS : ça vaut pour les filles aussi) – Psaumes 119.9

Comment vaincre le péché de la médisance ?

Nous vivons dans un monde où, surtout avec les réseaux sociaux, tout le monde peut faire des commentaires sur les autres. Cependant, ce ne sont pas tout le temps de bons commentaires. La médisance, c’est parler en mal de quelqu’un dans son dos 1.Ça peut être dire de fausses informations ou rapporter les mauvaises actions de quelqu’un (qui peuvent être vraies). Les proverbes nous disent que :

« Celui qui répand la calomnie dévoile les secrets, Mais celui qui a l’esprit fidèle les garde. » (Proverbes 11.13)

Dénigrer quelqu’un est nécessairement mauvais, car l’homme est fait à l’image de Dieu (Genèse 1.26). En manquant de respect envers quelqu’un qui est à l’image de Dieu, on manque de respect envers Dieu.

Mais pourquoi l’homme aime-t-il autant rabaisser les autres ? Pourquoi aime-t-il répandre la calomnie ? Tout simplement parce qu’il veut se valoriser en dévalorisant les autres. Étant donné que l’homme se sent inférieur à un autre, il va vouloir montrer comment l’autre est mauvais pour montrer que lui n’est pas si pire que ça. Un autre facteur est que l’homme se sent exposé au danger et qu’il veut se sécuriser en disant que lui est correct, mais que l’autre n’est pas correct.

Alors, il est important de réaliser qu’en envoyant Christ à la croix à notre place, Dieu nous a montré que nous avions une grande valeur, car nous avons été rachetés à un grand prix (1 Corinthiens 6.20). Cette valeur ne vient pas de ce que nous avons fait, mais du fait que Dieu nous a créé à son image. La mort de Christ à la croix ne démontre pas uniquement notre valeur. Ça démontre aussi notre corruption. Il a fallu la mort de Jésus-Christ, qui était parfait, pour le pardon de nos péchés. Ça montre à quel point notre péché est grave. Nous ne pouvons donc plus nous comparer aux autres, parce que nous sommes tous pécheurs et nous ne sommes pas mieux que ceux envers qui nous médisons.

Par ailleurs, il est important de se rappeler que nous pouvons être sûrs que le sacrifice de Jésus est suffisant, et que, si nous avons la foi en lui, nous avons la vie éternelle. Et notre sécurité ne vient pas du fait que nous sommes meilleurs que les autres, mais plutôt du fait que la justice de Christ nous a été imputée (Romains 4) et que Dieu nous voit maintenant comme juste. En réalisant notre identité en Christ, nous pouvons avoir de l’assurance, car il fait la volonté du Père (Jean 6.38) et sa volonté est que Jésus « ne perde rien de tout ce qu’il (le Père) m’a donné (à Jésus), mais que je le ressuscite au dernier jour. » (Jean 6.39). Après avoir réalisé notre identité en Christ, nous pourrons la voir chez nos frères et sœurs en Christ. Nous serons donc moins tentés de les rabaisser. Réaliser ou se rappeler que nous sommes tous à l’image de Dieu nous aidera à ne pas mal utiliser notre langue.

En conclusion, en se rappelant de notre identité en Christ et que Christ va nous ressusciter au dernier jour, nous ne nous sentirons inférieurs en raison du succès des autres, et nous serons portés à vouloir aider ceux qui sont en difficultés plutôt que d’aller parler mal d’eux. Nous n’aurons plus besoin de chercher à nous valoriser en rabaissant d’autres.

  1. Matthew C. Mitchell, Résister à la médisance, reproduit à Montélimar, Éditions CLC France, 2015, p.23 et p.25 

10 conseils pratiques pour ta lecture personnelle de la Bible

Est-ce que toi aussi tu trouves difficile de lire la Bible seul régulièrement ? Il faut prendre le temps, savoir quoi lire, comprendre ce qu’on lit, savoir comment le mettre en pratique dans notre vie, etc. Pourtant, il y a vraiment de bonnes raisons de lire la Bible régulièrement. Ça vaut donc le coup de le faire ! Alors après avoir donné 10 conseils pratiques d’évangélisation il y a quelques mois, voici maintenant 10 conseils pour ta lecture personnelle de la Bible. Ce ne sont pas des règles, mais des conseils que j’aime me rappeler et qui m’aident à profiter de ce temps au maximum !

  1. Trouve une bonne motivation : ne lis pas pour te justifier devant Dieu, ou pour « cocher une case sur ta to-do list ». Non, lis la Bible pour mieux connaître Dieu et être émerveillé devant la grandeur de Jésus.
  2. Réalise que tu lis la parole de Dieu : Tu n’es pas en train de lire le journal ou la publication Facebook de ton amie(e), mais la parole du Dieu vivant. Ouvre la Bible avec crainte et respect, dans une attitude de prière.
  3. Prends le temps : Si tu te dis que tu vas lire la Bible « quand tu auras le temps », tu risques de ne jamais le faire. Bloque un temps spécifique de ta journée.
  4. Réserve ton « meilleur moment » : Certains sont plus du matin, d’autres sont plus du soir. Il n’y a pas de règle – bloque le moment de ta journée que tu trouves le mieux, où tu es le plus frais et le plus disponible.
  5. Lance toi des défis : Avoir des objectifs concrets dans le temps te motivera à lire au jour le jour. Lire toute la Bible en 1 an, lire le Nouveau Testament en 3 mois, lire Colossiens en 1 semaine : à toi de te lancer des défis.
  6. Lis les livres de la Bible en entier : Plutôt que de lire des versets éparpillés, en naviguant à droite à gauche chaque jour, lis les livres en entier, du début à la fin, car ils ont un message global cohérent. Par exemple, tu commences Romains au chapitre 1, et tu termines au chapitre 16.
  7. Arrête-toi sur le texte : Ne lis pas à la va-vite, simplement pour lire des mots sans signification. Demande-toi plutôt : qu’est-ce que ce texte m’enseigne sur Dieu ? Sur le problème de l’être humain ? Sur la solution de salut qui se trouve en Jésus ?
  8. Retiens ce que tu lis : Pour ne pas tout oublier, choisis une méthode qui t’aidera à retenir ce que tu as lu : tu peux prendre des notes en lisant, résumer le passage en une phrase, noter un verset clé sur un papier que tu garderas dans la poche toute la journée,…
  9. Mets en pratique : La Bible n’est pas un manuel d’Histoire-Géo ou un livre destiné à nous transmettre de simples informations. Le message de la Bible doit changer notre manière de penser, de parler et d’agir. Ne ferme pas ta Bible sans mettre en pratique ce que tu as lu.
  10. Persévère ! Il y a des jours où c’est difficile, et d’autres où c’est plus facile. Il y a des jours où la parole réchauffe notre cœur, et d’autres où nous n’avons pas l’impression que ça change grand-chose dans notre vie. Persévère. Dans quelques années, quand tu regarderas en arrière, tu verras que ça valait le coup.

BONUS : Ne te limite pas à un seul moment dans la journée – laisse plutôt la Bible envahir ton quotidien. Sur ton smartphone, avec un Nouveau Testament de poche, et peu importe où tu es : il n’y a pas de limite pour être encouragé !

Le danger de relever des défis sans Jésus

La course se présente devant toi.

Au son du départ, tu t’élances en sprint sur la piste. Le vent souffle dans tes cheveux et la liberté coule dans tes veines. Le deuxième kilomètre est derrière toi, il ne t’en reste plus que deux autres. Tu donnes tout ce que tu as, accélères ton allure, rattrapes doucement le premier coureur. Et alors que tu commences à te réjouir intérieurement, tu remarques quelque chose : ton lacet s’est défait.

Tu t’arrêtes pendant une petite seconde, des coureurs te dépassent ; ton cœur bondit face au suspens alors que tu attaches tes lacets, au beau milieu de la piste. Se relever est toujours le plus dur, et tes chances de gagner sont maintenant très faibles.

Mais tu le fais quand même.

Tout le monde s’attendait à ce que tu continues à courir et que tu ignores ton lacet défait. Mais tu te rappelles ce qui est arrivé il y a quelques temps quand tu as fait ça. Tu as trébuché, tu t’es blessé et tu n’as pas pu courir pendant des semaines.

Cette fois tu t’es relevé, tu as continué à courir mais tu n’as pas ignoré ce qui t’a fait trébucher pendant la course la dernière fois. Et c’était la chose la plus difficile à faire.

Des lacets défaits dans la course de la vie

Essayer de faire des choses difficiles loin de Jésus, c’est comme courir avec des chaussures aux lacets défaits.

C’est comme ça que je me suis sentie il y a quelques mois. Je ne le savais ni ne le voyais à l’époque, jusqu’à ce que je tombe. Mon rythme s’en est trouvé ralenti. J’étais blessée et épuisée. Dieu m’a montré que j’essayais de faire des choses difficiles – y compris des petites choses difficiles que personne ne remarque – par moi-même : je courais avec mes chaussures délacées.

Faire des choses difficiles sans Jésus fait mal, car la belle mission et le bel état d’esprit d’un rébellutionnaire est de faire des choses difficiles avec Jésus et pour Jésus : sa force est la source qui nous permet de triompher de cette course d’aventures.

J’ai raté l’occasion de vivre des choses dans cette aventure exaltante quand j’ai décidé de piloter ma course sans être humble et sans admettre que j’étais faible. J’ai d’abord pensé que ce qui se trouvait derrière ma mentalité et ma mission pour faire des choses difficiles était bon. Mais mon cœur, qui est si facilement tenté par le contrôle et l’indépendance, me disait autre chose.

Et c’est à ce moment-là que Dieu m’a touché l’épaule et m’a montré que je courais avec mes chaussures délacées. À nouveau, j’ai pris conscience que j’avais un besoin désespéré de Lui ; quand j’essaie de créer la beauté et de faire des choses difficiles par ma propre force, c’est l’échec qui m’attend à coup sûr. Comme un récipient vide, s’Il ne me remplit pas, je n’ai rien à offrir.

J’ai dû abandonner mes efforts personnels et embrasser la suffisance de sa grâce et de sa force. J’ai dû m’arrêter humblement, pendant que certains me dépassaient, et demander à Dieu de réévaluer mon cœur.

Peut-être que c’est ton cas à toi aussi.

Ta perspective et ton objectif lorsque tu relèves des défis

Nous pouvons être poussés à faire des choses difficiles, nous pouvons être motivés. Nous pouvons également être armés d’enthousiasme pour allumer des étincelles de changement dans notre monde.

Mais nous devons être honnêtes. Qu’est-ce qui anime notre cœur ? Pour qui faisons-nous des choses difficiles, pourquoi faisons-nous des choses difficiles, et quelle est notre mission ? N’aie pas peur de te poser à toi-même et de poser à Dieu ces questions. Connaître quelle est ta perspective, ta mission, et ce qui anime ton cœur est important pour lui, et ça devrait être important pour toi aussi. Toutes ces choses sont bien plus importantes qu’une liste d’accomplissements et de succès aux yeux de Dieu.

Jérémie 17.10 dit  « Moi, l’Éternel, j’éprouve le cœur, je sonde les reins, pour rendre à chacun selon ses voies, selon le fruit de ses œuvres. »

« Si donc vous êtes ressuscités avec Christ, cherchez les choses d’en haut, où Christ est assis à la droite de Dieu. Affectionnez-vous aux choses d’en haut, et non à celles qui sont sur la terre. Car vous êtes morts, et votre vie est cachée avec Christ en Dieu. Quand Christ, votre vie, paraîtra, alors vous paraîtrez aussi avec lui dans la gloire. » – Colossiens 3.1-4

Te joindras-tu à moi pour aligner ta perspective et ta mission à la sienne ? Attachons nos lacets et ne ratons jamais l’occasion de relever des défis avec Jésus et surtout pour Jésus.


Article traduit avec autorisation. Merci à Frieda pour la traduction

3 obstacles et 3 solutions pour la lecture de la Bible

Il y a 25 ans, lorsque mon père s’est marié avec ma mère, il ne s’imaginait pas tout ce qu’il pourrait apprécier chez elle, comme son don pour le bricolage ou les bons repas. D’ailleurs, bien qu’aujourd’hui il la connaisse plutôt bien, il continue d’en apprendre plus sur elle. On peut dire la même chose des chrétiens qui veulent en apprendre plus sur Dieu. Lorsqu’ils ouvrent sa parole pour la première fois, ils sont surpris de la richesse des conseils pratiques qu’elle contient.

Malheureusement, avouons qu’il est plus fréquent de rencontrer des personnes qui ont des idées vagues de ce que la Bible enseigne, plutôt que des personnes qui ont des convictions profondes, saines et équilibrées. De ce problème proviennent des doctrines contradictoires avec l’Évangile de Christ.

Les 3 obstacles à notre croissance

Plusieurs obstacles peuvent nous empêcher de grandir en connaissance de la parole de Dieu. En voici quelques-uns.

  • Question de priorité

Il peut nous arriver de placer la Bible en dessous d’autres activités.  J’ai moi-même souvent troqué des moments de lecture de la Bible pour lire des mangas. Pour certains ce sont les études, le dessin, le chant, etc. Bref, quelque chose qui prend la place de Dieu.

  • Question de constance

Imagine que dans un village où il fait toujours nuit, il n’y ait qu’un groupe de personnes qui dispose d’une lampe torche pour éclairer leur chemin.  La nuit tombée, aucun d’eux n’utilise de lampe, prétextant qu’ils ont le droit de l’utiliser juste quand ils en ont envie. Du coup, ils tombent souvent sur des cailloux… et se blessent. Nous faisons pareil avec la Bible, quand on choisit de la lire seulement quand on en a envie… Un peu, de temps en temps, parfois… alors qu’elle « est une lampe à [nos] pieds, Et une lumière sur [notre]  sentier. » Psaumes 119.105, dans ce monde plongé dans une nuit noire sans Jésus-Christ.

  • Question de compréhension

On a tous dû faire face à ce problème. C’est peut-être même un problème encore présent dans ta vie. Tu ouvres une portion de la Bible, mais une fois que le livre est fermé tu es forcé de faire face au mur de l’incompréhension. Du coup tu ne retiens pas grand-chose de ta lecture… Ça semble parfois pas évident de comprendre la Bible.

Il existe d’autres obstacles, mais généralement ce sont ceux-ci que l’on rencontre le plus.

Les 3 solutions du roi David

L’un des plus grands héros de la Bible nous présente dans le Psaumes 119 trois pistes pour mieux lire la Bible – c’est-à-dire pour être plus régulier, mieux comprendre, et se souvenir de ce qu’on lit.

  • Prie : parle à Dieu

« Fais-moi comprendre la voie de tes ordonnances… » – Psaumes 119.27

C’est important d’être conscient que nous avons besoin de l’Esprit de Dieu pour saisir sa parole. Prions et demandons à Dieu qu’il nous aide à mieux le connaître.

  • Médite : réfléchis

« …Et je méditerai sur tes merveilles ! » – Psaumes 119.27

Passe du temps à chercher et observer des textes de la Bible. Non seulement les lois, mais aussi les promesses de Dieu pour son peuple ainsi que la signification des paroles de Jésus.

  • Souviens-toi : mémorise

Garde un aide-mémoire qui te permettra de te souvenir des éléments importants du texte que tu as lu. Ça peut être un encouragement au cours de la journée aussi bien pour toi que pour un de tes amis. Par exemple, tu peux accrocher un post-it sur ton bureau, ou ton frigo, avec le verset de la semaine ou du mois (à toi de voir ).

En conclusion, que « Dieu (te fasse) comprendre la voie de (ses) ordonnances, Et (toi) médite sur (ses) merveilles ! » Psaumes 119.27

Dieu a-t-il un plan merveilleux pour ma vie ?

Il est courant d’entendre des affirmations telles que « Dieu a un plan merveilleux pour ta vie ». Il est même tentant pour nous, lorsque nous parlons de Jésus à ceux qui ne le connaissent pas, de véhiculer cette pensée…

Pourtant, l’exemple de Billy, 20 ans, nous fait réfléchir. Il souffre depuis sa naissance d’une maladie dégénérative, il a perdu sa mère lorsqu’il était adolescent, et il subit une pression terrible de la part de sa famille depuis qu’il est devenu chrétien.

Il faut avouer que de notre point de vue humain, il semble y avoir plus merveilleux comme vie !

Et encore, Billy a la chance de vivre dans un pays où les chrétiens ne subissent pas la persécution physique à cause de leur foi.

Que penser de cette affirmation de ce plan de « vie merveilleuse », au regard de la vie de Billy, ou encore de celle des millions de chrétiens persécutés ? Comment résoudre ce paradoxe ? Cette affirmation se révèle-t-elle vraie si on l’analyse à la lumière de la Parole ?

Oui, Dieu transforme nos vies et a un plan pour nous

Croire en l’Évangile : ça change tout.

En effet, lorsque l’on passe par le processus de la nouvelle naissance, après avoir demandé pardon pour ses péchés et cru en Christ comme son sauveur personnel, on a une joie et une espérance nouvelle (Romains 12.12), de nouveaux buts (1 Corinthiens 9:24), et chaque domaine de notre vie en est impacté !

Dieu a choisi ses enfants de toute éternité (Éphésiens 1.4), et il a un projet de vie pour chacun de ceux qu’il a voulu ramener de la mort à la vie (1 Pierre 2.9Éphésiens 2.10). Il exerce un contrôle souverain sur notre vie (Proverbes 19.21Job 42.2Éphésiens 1.11) et il est certain qu’il ne nous abandonnera jamais (Romains 8.38-39).

Ainsi, croire en Jésus change notre rapport au monde, notre manière d’être, nos objectifs de vie… ce qui est un vrai témoignage du miracle de la régénération – c’est-à-dire la nouvelle naissance. Il est donc évident que Christ nous offre une vie nouvelle, complètement différente de celles que nous aurions pu mener s’il n’était pas venu nous chercher, et dans laquelle il nous offre de nombreuses bénédictions spirituelles.

Le plan magnifique de Dieu s’exprime au travers de l’épreuve

Cependant, la souffrance fait partie de la vie de tout chrétien, et la Bible nous indique dans de nombreux passages que nous aurons à souffrir (Actes 14.22Jean 16.33, etc.).

Il est d’ailleurs particulièrement saisissant que la plupart des apôtres soient, selon la tradition, morts en martyr.

Pourtant, la Bible affirme aussi que « toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu » (Romains 8.28).

Son plan est parfait car il est selon son dessein, mais il ne faut pas comprendre cette vie « merveilleuse » selon la logique humaine. En effet, dans le « toutes choses » dont parle Romains 8.28 font parties à la fois les joies et les peines, la santé et la maladie ou encore la vie et le deuil… qui sont des choses comprises dans le plan de Dieu, et sur lesquelles il exerce un contrôle souverain.

Oui, la souffrance fait partie du plan de Dieu, et il l’utilise pour différentes raisons : pour éprouver la foi du croyant, pour rapprocher le croyant de lui, pour que le croyant réalise qu’il est dépendant de Dieu, pour que le croyant apprenne à mieux connaître Dieu…

Une vie chrétienne merveilleuse ?

Il faut donc être clair quand on affirme que la vie chrétienne est merveilleuse. Elle est merveilleuse car dirigée par le créateur de la vie, et chaque épreuve de la vie fait partie de son plan. Et surtout, notre espérance ne s’arrête pas à notre vie terrestre mais est éternelle. En effet, la venue de Christ a changé beaucoup de choses, Christ étant venu mourir à la croix pour porter nos péchés, ceux-là même qui nous séparaient du Dieu juste et saint. On peut donc obtenir la réconciliation et tous les privilèges qui en découlent. Le Seigneur nous a d’ailleurs laissé de nombreuses promesses accessibles dès aujourd’hui pour le croyant… mais il n’a JAMAIS promis une vie prospère, sans souffrance ni opposition durant notre temps sur cette Terre.

Cela ne doit pas nous décourager, mais nous inciter plutôt à fixer nos regards sur Christ et à regarder vers l’avenir. La solution est de regarder plus loin que notre vie terrestre, où nos souffrances ne sont que passagères (1 Pierre 5.10Matthieu 5.4), et de regarder à ce temps où nous aurons notre consolation éternelle (2 Corinthiens 1.7). Lors du renouvellement de toutes choses, dans les nouveaux cieux et la nouvelle terre, nous pourrons enfin goûter à cette vie parfaite, sans souffrance. Ne sous-estimons pas les effets extraordinaires de la première venue de Christ, mais souvenons-nous que tout n’est « pas terminé », car tout sera amené à la perfection lors de sa seconde venue de Christ – mais pas avant.

« Bien plus : nous aussi, qui avons les prémices de l’Esprit, nous aussi nous soupirons en nous-mêmes, en attendant l’adoption, la rédemption de notre corps. » – Romains 8.23

Chrétien, durant notre attente, gardons les yeux fixés sur notre espérance éternelle, et combattons le bon combat de la foi, peu importe les difficultés que nous traversons. Les souffrances se termineront un jour, lorsque nous serons introduits éternellement dans la présence de notre sauveur, et la vie pas toujours « merveilleuse » que l’on a pu vivre ici-bas ne sera rien comparé à la gloire à venir (Romains 8.18) !

Comment ton smartphone peut t’aider à prier

Depuis quelques mois, je prie plus souvent et plus longtemps, grâce à une petite application.

On pense généralement que la technologie est l’ennemi de la concentration et donc de la prière. Et c’est pas faux, il suffit de voir combien de fois on se retrouve sur Facebook, alors qu’on avait commencé en voulant prier, lire, la Bible, ou écrire un article. Mais c’est pas le téléphone qui est fautif. C’est nous qui sommes responsables d’utiliser notre technologie d’une manière qui glorifie Dieu.

J’ai fait le tour des applications  pour prier. Si on tape « prier » sur le l’app store de son iPhone, se sont les applications musulmanes qui apparaissent de partout. Mais en regardant de plus près, on trouve plusieurs applications, qui sont des carnets de prières sur son smartphone.

Une des apps remporte, haut la main, la palme de l’app la plus conviviale et la mieux conçue:
Il s’agit de Prayer Notebook. C’est la meilleure app pour prier sur l’app store. Prayer Notebook, c’est ce qui s’est produit quand la prière à rencontré un Mac. L’app est vendue 1,79€. Je n’ai pas hésité et je ne l’ai jamais regretté depuis.

Note: il existe une version gratuite. Prayer Notebook Lite a toutes les fonctionnalités de l’app complète, mais est limitée à 5 sujets de prière. Elle permet de vérifier que tout fonctionne avant d’acheter la version complète.

Article à compléter

À lire avant de déballer son nouveau smartphone

Tu viens de recevoir ton premier smartphone ! C’est une étape majeure dans ta vie. Ce téléphone que tu t’apprêtes à déballer est l’un des outils les plus incroyables jamais créés, et il va être ton compagnon de route pendant quelques années. C’est un incroyable concentré de technologie, qui peut être utilisé de différentes manières.

Il peut être utilisé pour faire de bonnes choses, mais si tu ne te méfies pas, il peut aussi être utilisé pour faire un grand nombre de choses que l’on préfèrerait éviter.

Alors, avant de l’allumer pour la première fois, je crois qu’il serait sage d’investir quelques minutes pour penser et planifier la suite.

Dieu a un but pour ton smartphone

La technologie est un don de Dieu. Lorsque nous lisons la Bible, nous voyons qu’au commencement, Dieu créa deux personnes, nues et seules dans un petit jardin, et qu’il leur donna une tâche mondiale : peupler la terre et dominer sur elle. Afin de faire cela, les êtres humains ont eu besoin d’inventer des technologies.

S’ils devaient planter et récolter pour nourrir leur famille, ils devaient d’abord inventer la charrue. S’ils devaient peupler la terre entière pour établir des pays et construire des villes, ils devaient inventer les ponts et les bateaux. Dans ce sens, la technologie est bonne. La technologie est un moyen par lequel nous pouvons mettre à exécution le but pour lequel Dieu nous a créés.

Puis, lorsque Jésus était sur terre, il a donné à son peuple une nouvelle description de son travail, destinée à aller de pair avec la première. Il nous a dit de partager l’Évangile, la Bonne Nouvelle du salut en Jésus-Christ, partout dans le monde. Et encore une fois, une des manières pour nous de faire cela passe par l’invention et l’usage de différentes technologies. Pas étonnant que les chrétiens soient toujours à l’affût lorsqu’une nouvelle technologie secoue le monde. Chaque technologie est une opportunité.

Lorsque tu comprends l’ordre que Dieu t’a donné, tu peux voir que Dieu a de grands objectifs en tête pour les technologies que tu utilises, et même pour ton smartphone. Ce téléphone peut être utilisé pour mieux organiser ta vie afin que tu puisses accomplir plus de choses qui sont importantes. Il peut être utilisé pour communiquer avec d’autres personnes afin que tu puisses insuffler l’Évangile dans leur vie. Il peut être utilisé pour que tu puisses lire la Bible et te faire des listes de prières. Il peut être utilisé de mille façons servant le but que Dieu t’a donné. Remercie Dieu pour ton smartphone !

Satan a un but pour ton smartphone

Malheureusement, l’histoire se prolonge. Dieu venait à peine de créer l’homme et de lui donner cette mission mondiale que l’homme tomba déjà dans le péché. Adam et Ève décidèrent de désobéir à Dieu, et lorsqu’ils firent cela, ils firent entrer le péché dans le monde. La technologie n’en est pas sortie indemne non plus. Elle aussi existe dans ce monde déchu. Cette réalité signifie que toutes les technologies, y compris ton smartphone, peuvent être utilisées pour faire le mal. Dieu a un plan pour ton smartphone, mais Satan aussi.

Parce que notre monde est pris dans une grande bataille cosmique entre le bien et le mal, toute nouvelle technologie entre dans le combat. Toute nouvelle technologie apporte des bienfaits et des risques. Pour toute bonne chose que ton smartphone peut accomplir, il y a des mauvaises choses qu’il peut également faire.

Tu vas être confronté à un choix tous les jours et en permanence : est-ce que tu vas utiliser ton smartphone pour le bien ou pour le mal ? Est-ce que tu vas l’utiliser pour effectuer les tâches que Dieu t’a données ou est-ce que tu vas l’utiliser pour entraver ces tâches ? Est-ce que tu vas utiliser ton smartphone pour servir Dieu ou pour servir Satan ? Remercie Dieu pour ton smartphone, mais supplie-le aussi qu’il t’accorde de la sagesse pour l’utiliser de la meilleure façon.

Ton cœur a un but pour ton smartphone

Qu’est-ce que tu aimes plus que tu n’aimes Dieu ? Dans les temps où tu ne trouves pas ta joie et ta satisfaction en Dieu, et dans ces temps où le péché semble si attrayant, qu’est-ce qui te promet la joie ? Qu’est-ce qui te promet la satisfaction ? Quelle est cette chose dont tu as tellement besoin que tu vas même en arriver à pécher pour l’avoir ?

Pour certaines personnes, c’est l’argent, et elles sont convaincues qu’à moins d’avoir beaucoup d’argent, elles ne pourront jamais être véritablement satisfaites. Elles iront même jusqu’à voler pour en avoir. Pour certaines personnes, c’est le pouvoir, et elles pensent que le chemin menant au bonheur est d’accumuler le pouvoir sur d’autres personnes. Elles vont aller jusqu’à piétiner ou tyranniser les gens pour en avoir.

Quelle que soit cette chose pour toi, la Bible l’appelle une idole. Une idole est tout ce que tu mets à la place de Dieu – quelque chose qui, au moins pour un moment, prend la première place dans ton cœur. Quelle que soit ton idole, ton smartphone dévoilera le type de tentation auquel tu es sensible.

Si tu idolâtres le plaisir sexuel, tu seras probablement tenté d’utiliser ton téléphone pour regarder de la pornographie. Savais-tu que plus de la moitié du contenu pornographique est consulté sur des appareils mobiles comme le tien ? Cela signifie que de nombreuses personnes comme toi ont acheté un smartphone pour pouvoir envoyer des sms à leurs amis et prendre des photos de leurs vacances, mais d’une manière ou d’une autre, elles se sont retrouvées à l’utiliser pour regarder de la pornographie. Elles ont utilisé cette superbe technologie donnée par Dieu pour blesser plutôt que pour faire le bien.

Si tu idolâtres la popularité, si c’est le fait d’être admiré et d’avoir beaucoup de followers qui te permet de te sentir bien, alors tu seras tenté d’utiliser ton smartphone pour poursuivre cette idole. Tu pourrais utiliser l’appareil photo pour prendre des photos inappropriées de toi sur Instagram ou tu pourrais utiliser l’application Facebook pour dire des choses très dures à propos d’autres personnes. Ce téléphone qui peut être utilisé pour faire tellement de bonnes choses et pour apporter tellement d’encouragements va à présent être utilisé pour blesser.

Il n’y a pas beaucoup de personnes qui achètent un téléphone avec l’intention de blesser les gens ou de regarder de la pornographie. Mais, là où se trouve ton cœur, là se trouvera aussi ta technologie. La manière dont tu utilises la technologie révèle ton cœur. Elle montre si ton cœur est orienté vers Dieu et vers la recherche de la véritable joie et satisfaction en lui, ou si tu essaies de trouver une joie et une satisfaction contrefaites dans les choses qu’il interdit. À tout moment, ton cœur a un plan pour ton smartphone. Oui, remercie Dieu pour ton smartphone, supplie-le de te donner la sagesse nécessaire pour l’utiliser, et pour garder ton cœur.

[Tweet « La manière dont tu utilises la technologie révèle ton coeur ! »]

Utilise-le pour la gloire de Dieu

Maintenant, il est temps de déballer ce téléphone et de l’allumer pour la première fois. Alors que tu le tiens dans tes mains, pourquoi ne prendrais-tu pas un moment pour prier ? Demande à Dieu de t’aider à utiliser ce téléphone de la bonne manière. Engage-toi devant lui dès maintenant, de toutes tes forces, à n’utiliser ce téléphone que pour servir son plan. Recrute un ami croyant ou deux pour que tu leur sois redevable et qu’ils puissent avoir un droit de regard régulier.

Puis va, et glorifie Dieu avec cet outil.

Article traduit avec autorisation. Merci à Alexandra G. pour la traduction. ©2015 Desiring God Foundation. Site web: desiringGod.org

10 choses à savoir sur votre smartphone

Cet article compile et adapte différentes portions du livre 12 Ways Your Phone Is Changing You de Tony Reinke. Il fait partie de notre série 10 Things You Should Know

1.Il n’y a pas que du mauvais dans votre smartphone

Mon smartphone est mon assistant personnel infatigable, mon compagnon de voyage irremplaçable et ma connexion ultrarapide avec mes amis et ma famille. Mon écran de réalité virtuelle. Mon support de jeu. Un fondement de ma vie quotidienne. Mon ami intelligent, mon pote vigilant et mon collaborateur toujours prêt.

2.Il n’y a pas que du bon dans votre smartphone

De multiples études nous montrent que passer trop de temps sur nos téléphones a de profonds effets sur notre santé physique : l’inactivité et l’obésité, le stress et l’anxiété, l’insomnie et l’impatience, une mauvaise posture et le mal de nuque, la vue qui fatigue et les maux de tête, l’hypertension et la respiration superficielle due au stress (et la liste n’est pas exhaustive).

Les conséquences physiques de nos habitudes d’utilisation peu judicieuse de notre smartphone passent souvent inaperçues, parce que dans la matrice du monde digital, nous perdons tout simplement la notion de nos corps, de notre posture, de notre respiration et de notre rythme cardiaque.

3.Notre smartphone amplifie notre dépendance aux distractions

Nous regardons nos smartphones à peu près 81 500 fois par an, soit une fois toutes les 4,3 minutes de notre vie éveillée. Bien que notre relation avec notre smartphone ne soit pas une relation dans laquelle on s’est engagé pour la vie (même si les contrats téléphoniques peuvent nous en donner l’impression), je ne serais pas le premier à suggérer que posséder un smartphone est semblable à être en couple avec un partenaire exigeant et en constante recherche d’attention.1

4.Notre smartphone nous pousse à échapper aux limites de l’incarnation

Nous essayons de franchir les limites de l’espace et du temps, et nous finissons par ignorer la chair et le sang autour de nous. En réalité, nous sommes finis. Nous supposons pouvoir conduire nos voitures tout en lisant et en écrivant sur nos téléphones, mais nous sommes en réalité plus faibles que ce que nous supposons.

Exister revient à être emmuré par des limitations physiques ; les frontières et les seuils qui limitent ce que nous pouvons percevoir et accomplir. Lorsque nous voyons toute notre vie au travers du verre, nous oublions que nous sommes faits de chair et de sang.

5.Notre smartphone nourrit notre besoin d’approbation immédiate

Les smartphones titillent nos penchants humains et primitifs d’être appréciés (la reproduction de soi dans le but d’être vu, connu et aimé) au travers d’un contact constant avec d’autres chercheurs d’appréciation. C’est l’une des raisons pour lesquelles nous trouvons cela si dur de mettre nos téléphones de côté. Nous avons peur les uns des autres et nous cherchons l’admiration d’autrui, nous cultivons donc un désir excessif pour l’approbation humaine au travers de nos plateformes de réseaux sociaux.

6.Notre smartphone discrédite nos compétences littéraires clés

Notre foi entière est basée sur un livre, qui contient lui-même 66 livres plus petits. Notre vie spirituelle est nourrie par des livres au sein d’autres livres, comme les roues d’Ézéchiel qui sont des roues dans d’autres roues. De nouveaux livres chrétiens sont publiés chaque jour à travers le monde. Les livres sont très importants pour les chrétiens. Nous chérissons la presse. La publication fait partie de la mission évangélique. Partout où l’Évangile s’est répandu, là aussi s’est développée l’alphabétisation.

Cependant, dans l’ère digitale, les livres sont devenus plus vulnérables à l’étiquette « ennuyant ». En comparaison du dernier jeu vidéo ou de la dernière série télé en streaming, fixer des formes noires et blanches pendant plusieurs heures peut sembler être un investissement idiot. Nous avons été initiés à une espèce de divertissement-confort qui rend les livres obsolètes, peu pratiques et bien trop exigeants.

7.Notre smartphone propose un buffet de médias produits

Nos smartphones n’ont pas seulement des caméras nettes qui capturent des images de qualité et des vidéos, ces caméras sont toujours avec nous et nous avons développé des doigts « gâchette », prêts à prendre n’importe quoi en photo sur le moment. Ainsi, nous ne consommons pas seulement le culte de la célébrité, nous le nourrissons aussi.

8.Notre smartphone dépasse et déforme notre identité

Nous nous penchons sur nos téléphones, et ce qui capte le plus rapidement notre attention est notre propre reflet : nos images répliquées, nos statistiques d’approbation et nos « likes » accumulés. Les réseaux sociaux sont devenus la nouvelle entreprise de relations publiques de la marque « Moi », et nous « checkons » nos fils d’actualités de manière compulsive, en trouvant quasi-impossible le fait de détourner le regard et d’arrêter d’aimer notre « second moi ».2

Souvent, lorsque l’on parle de « dépendance aux smartphones », il est en réalité question de la dépendance au fait de nous regarder nous-mêmes.

9.Notre smartphone ne doit pas avoir ces aspects négatifs sur nous

Il existe des disciplines vitales que nous devons appliquer pour préserver notre santé spirituelle à l’ère du smartphone.

Nous minimisons les distractions inutiles de la vie afin d’écouter Dieu et de trouver notre place dans l’Histoire de Dieu. Nous assumons notre incarnation de chair et de sang et nous nous occupons les uns des autres avec grâce et douceur. Nous visons l’approbation ultime de Dieu et nous constatons que, en Christ, nous n’avons pas d’ultimes regrets à craindre. Nous chérissons le cadeau de l’alphabétisation et nous donnons la priorité à la Parole de Dieu. Nous écoutons la voix de Dieu dans la création et nous trouvons une fontaine de réjouissances dans le Christ sans l’avoir vu. Nous chérissons Christ pour être modelés à son image et pour chercher à servir les besoins légitimes de nos voisins.

10.Notre smartphone peut être un outil pour connaître et apprécier Dieu

À l’ère digitale, les Écritures nous permettent de nous focaliser sur la vie, et elles le font lorsque Jésus résume à deux objectifs le but de notre vie : chéris Dieu de tout ton être, puis transforme ta joie centrée sur Dieu en de l’amour pour les autres. C’est de ces deux commandements que toutes les autres lois de smartphones dépendent.

Lorsque nous utilisons nos smartphones correctement, leurs écrans brillants rayonnent avec le trésor de la gloire de Dieu en Christ, et c’est dans cette lueur de gloire que nous avons un avant-goût d’une ère plus grande à venir.

Tony Reinke est journaliste, écrivain et l’un des principaux rédacteurs de DesiringGod.org.
Article traduit avec autorisation.
Merci à Amélie Sieffert pour la traduction.